Conseil d'administration הנהלה

Le conseil d'administration de la CJL est composé de personnes dynamiques
et enthousiastes, qui se présentent à vous :




"Shalom,
Je m' appelle LEVY Albert. Je suis un juif marocain, sépharade, donc. élevé dans un judaïsme traditionnel, j'ai toujours été très profondément attaché à mon peuple, בְּנֵי יִשְׂרָאֵל.
J' ai découvert le judaïsme dit libéral (et donc la CJL) à l'occasion de la Bar-Mitzvah de mon fils ou peut-être devrais-je dire que j'ai redécouvert mon judaïsme.
N' écoutez pas "ceux" qui disent que ce judaïsme est édulcoré, qu' il tend vers l' assimilation et la perte de l' identité juive.
Tout le contraire ! C'est un courant très exigeant, attaché à la tradition la plus ancienne, mais aussi moderne lucide, éclairé, tolérant et surtout éthique; un judaïsme qui rattrape avec tendresse la brebis égarée ou perplexe.
J' ai appris à la CJL à lire et écrire l' hébreu; les rabbins Pauline Bebe et Tom Cohen m'ont ouvert la porte de la connaissance, l'amour de la Tora; je m'y suis engouffré, c'est vertigineux et magnifique.
Notre vie sur cetteTerre parait si mystérieuse et dérisoire; à la CJL on essaye de lui donner un sens. Celui ou celle qui à l'office du Chabbat est seul, isolé ou l'âme en peine, recevra toujours un sourire ou des mots de réconfort ( et de toute façon, il n' échappera pas à la vigilance de notre Rabbin). A la CJL, la femme est enfin l' égal de l' homme. Pas de "méhitsa" !
Mon métier (médecin urgentiste) ne me permets pas d'aider concrètement ma communauté de la CJL comme je le voudrais; c'est tout le contraire, cette communauté m' apporte un équilibre nécessaire. Ce que j' ai appris à la CJL, m' a rendu meilleur dans mon métier, plus à l' écoute de ceux qui souffrent. La Tora fait de la justice et la bonté, une loi, une obligation donc. On ne quitte pas ses habits de juif en sortant de la CJL. On ne renonce jamais à l' effort de se bonifier et de se remettre en question."


anne
J’ai choisi le judaïsme libéral d’abord pour son adaptation à notre société moderne notamment s’agissant de la halakha tout en restant exigeant vis à vis de la tradition qui a fait que le peuple juif existe toujours après des millénaires de persécutions.
Au sein de la CJL j’ai trouvé un accueil chaleureux une vrai communauté d’amis et un respect de l’autre dans sa diversité.

L’accent est mis sur l’étude et la tsédaka.
La CJL, comme le judaïsme libéral en général revendique l’égalité parfaite entre les femmes et les hommes dans tous les aspects de la vie juive, ce qui convient parfaitement à l’ancienne soixantehuitarde que je suis!!!


didier
Dirigeant d’un groupe Conseil en réputation d’entreprise, Moons’Factory, Didier Pitelet assure avec son équipe les relations de la communauté avec les médias.


olivier
Olivier Aron, père de quatre grands enfants, exerce dans le civil le métier de fondateur de sociétes dans le domaine des parfums de la beauté et du bien-être.

Il enseigne également à Sciences-Po Paris le marketing entrepreunerial et s'occupe des randonnées et des activités sociales de la communauté depuis plus de 10 ans.

Ses hobbies principaux, au delà de l'organisation de randonnées sont la cuisine créative et la restauration de motos anciennes.

La CJL, parce que c'est une communauté qui me ressemble culturellement. Issu d'une famille ancrée depuis le 19è siècle dans le judaïsme libéral par tradition, mais également élevé dans le culte de l'égalité politique économique et religieuse de l'homme et de la femme.


françoise
Mon engagement et mon enthousiasme au service des valeurs d'équité, d"humanité et d'éthique ont trouvé leur place au sein de ce lieu d'echange et de partage.

Je souhaite apporter ma contribution, sur le chemin emprunté de la modernité et de l'égalité entre les hommes et les femmes.

Francoise


dominique
Dominique Joseph Frickere
59 ans.

Participe aux activités de l'UPI SAR EL durant de courtes périodes de volontariat en Israël.
Participe également aux visites aux malades du groupe Kol bikkour de la CJL.

La CJL c'est le rappel permanent de l'exigence que nous impose la Torah d'aimer son prochain comme soi-même. Le reste est commentaire disait Hillel.


marc saffar
La CJL, l'essayer c'est l'adopter.
il y a quelques années, la recherche d'un Talmud Torah pour mon fils m'a conduit rue Moufle, au Centre Maayan où se retrouve la Communauté Juive Libérale autour de son rabbin, Pauline Bebe. Ce n'était pas la première synagogue libérale que notre famille avait fréquentée.
Mais ici, dès le premier dimanche matin, à l'occasion du petit office pendant lequel rabbin Pauline nous fait tous chanter à la guitare (!), je compris que j'avais trouvé MA communauté. Le pire, c'est que ce sentiment fut partagé par mon épouse et mon fils et que ça dure jusqu'à aujourd'hui. Pourtant, je vous assure que je préfère nettement aller au cinéma, écouter de la musique, voir un spectacle ou lire tranquillement plutôt que d'aller somnoler dans une synagogue.
Et vous savez quoi ? À LA CJL, on voit des films, on assiste à des concerts de gospel ou de rock, on loue des DVD et on assiste à des conférences passionnantes tout en apprenant plein de choses sur le judaïsme ! Un vrai piège.
Ensuite, je ne sais pas comment je me suis retrouvé au conseil d'administration avec la responsabilité de concevoir et de piloter la création d'un nouveau site Internet (celui que vous êtes en train de lire:). Je n'avais pas que ça à faire quand même ! Je crois que j'avais envie que le plus de personnes possible puissent connaître l'expérience de vie formidable que les membres de cette communauté nous ont procurée, mon épouse et moi, mais surtout notre fils.
Il faut que ça se sache ! Marc Saffar dirige une agence de communication où il conçoit, réalise et met en œuvre des outils de communication print et web pour les entreprises et les organisations. Il vit à Paris, près du canal Saint-Martin. Marc a piloté avec succès le projet du site internet de la communauté.
Président du conseil d'administration Rémy SCHWARTZ


Et voici quelques photos de la dernière réunion du conseil: