Histoire du judaisme libéral en France היסטוריה


Le judaïsme s’est toujours exprimé à travers différentes écoles, différentes tendances et opinions rabbiniques. Il a été pluriel depuis la Bible jusqu’à aujourd’hui. Mais l’ère des Lumières et les découvertes de l’exégèse historico-critique marquent un tournant avec l’apparition de mouvements qui les intègrent ou non. C’est à la fin du XVIII ème siècle et au début du XIXème siècle qu’en Europe sous l’influence des Lumières naît le judaïsme libéral qui pose deux principes :
1-     la Révélation ne s’est pas arrêtée au mont Sinaï. Bien que le Sinaï soit un moment unique de révélation, il n’est pas l’unique moment de révélation.
2-     Le judaïsme a toujours été influencé par le contexte socio-culturel dans lequel il a évolué.

Les réformes du judaïsme libéral se sont opérées dans tous les domaines mais en premier lieu dans la liturgie. Dans les années 1830 apparût en France, le mouvement des « régénérateurs » influencés par les nouvelles idées de la Réforme allemande qui étaient favorables à des innovations liturgiques. Le Consistoire français s’en inspira sous l’impulsion du grand rabbin Ulmann. Il introduisit l’orgue dans les offices, la prière dans la langue vernaculaire pour que les fidèles ne connaissant plus l’hébreu puissent comprendre ce qu’ils disaient, les chœurs mixtes et une cérémonie de bat-mitswa pour les filles.

Au milieu du XIXème apparût un petit groupe libéral qui donna naissance à la première synagogue libérale à Paris, l’Union Libérale Israélite de France, en 1907, rue Copernic sous l’autorité spirituelle du grand rabbin Louis Germain-Levy qui voulait allier science, philosophie et judaïsme. La synagogue se développa rapidement et fut reprise après la seconde guerre mondiale par le rabbin André Zaoui qui créa en 1955 un séminaire rabbinique libéral. En 1977, fut créée une seconde communauté libérale, le Mouvement Juif Libéral de France. Kehilat gesher, la communauté franco-anglophone naquit en 1993, et la Communauté juive libérale en 1995. Aujourd’hui il existe une quinzaine de communautés ou groupes libéraux en France toutes affiliées à l’Union pour le Judaïsme Libéral dont le siège est à Jérusalem.WUPJ Ce mouvement est majoritaire parmi les mouvements religieux avec ses 1.800.000 affiliés dans le monde entier. Le mouvement défend l’égalité des hommes et des femmes en droit et en devoirs religieux, encourage les conversions qui sont reconnues par l’Etat d’Israël, accepte les enfants de mariage mixte dans ses écoles et Talmudei-Torah. Il relit les textes de la tradition avec un esprit critique et établit ainsi un lien entre tradition et modernité.